Le défenseur dévoile le rapport Derrière les portes closes

Le 28 janvier 2019

FREDERICTON (GNB) – Le Bureau du défenseur des enfants et des jeunes a publié un rapport intitulé Derrière les portes closes : un cas de négligence.

Le rapport découle de l’examen d’un sérieux cas de négligence envers des enfants qui touchait une famille ayant cinq jeunes enfants.

En février 2018, le bureau du défenseur a donné un avis formel d’enquête au ministère du Développement social relativement à ce cas.

L’examen du défenseur a découvert des violations des droits des enfants :

  • d’être protégés de toutes les formes de violence, y compris la négligence;
  • d’avoir un niveau de vie adéquat;
  • de recevoir des services de santé;
  • de se reposer, d’avoir des loisirs et de pouvoir jouer; et
  • de recevoir du soutien des parents et de l’État au niveau de leur éducation, avant qu’ils aient été placés en foyer d’accueil. 

« Cette enquête et le rapport qui en découle n’ont pas été réalisés dans le but de tenter de désigner un coupable ou de jeter le blâme sur quiconque », a affirmé le défenseur des enfants et des jeunes, Norman Bossé. « Le rapport témoigne plutôt de ce qui s’est passé et permettra, au bout du compte, de trouver des solutions pour régler les failles ou les lacunes du système très complexe de bien-être à l’enfance du Nouveau-Brunswick, et de faire des recommandations pour le bien des enfants qui reçoivent des services de protection. »

Durant l’enquête, le bureau du défenseur a tâché de répondre aux questions suivantes : 

  • Le ministère du Développement social était-il conscient des risques auxquels étaient exposés ces enfants?
  • Le ministère a-t-il protégé ces enfants contre les conséquences néfastes de la négligence chronique?
  • Le ministère répondait-il à ses propres normes de pratique en matière de protection des enfants?
  • Les travailleurs sociaux ont-ils fait tout leur possible pour voir les enfants?  

Les conclusions de l’enquête ont permis au Bureau du défenseur des enfants et des jeunes de faire les quatre recommandations suivantes au gouvernement : 

  • Presser le ministère du Développement social et d’autres ministères et intervenants de concevoir, en consultation avec le Bureau du défenseur des enfants et des jeunes, un modèle de prestation des services intégrés applicable à la petite enfance.
  • Veiller à ce que la transition des Services d’appui à la famille vers les Services de protection de l’enfance donne lieu à une utilisation accrue de l’autorité.
  • Appuyer les travailleurs sociaux des Services de protection de l’enfance en s’assurant qu’ils suivent toute la formation nécessaire avant de travailler avec des clients et en examinant leur charge de travail afin de veiller à ce qu’ils aient le temps nécessaire pour travailler efficacement avec leurs clients.
  • S'assurer que tous les travailleurs sociaux comprennent qu’ils ont l’autorisation juridique d’entrer dans tout lieu pour retirer un enfant s’ils ont des motifs raisonnables de croire que sa sécurité ou son développement est menacé.  

« Nous nous attendons à ce que tous les enfants relevant des Services de protection de l’enfance soient en sécurité et protégés, a dit M. Bossé. J’ai la certitude que ce rapport et les recommandations qui en découlent amélioreront la sécurité de tous les enfants vulnérables. »

RENSEIGNEMENTS POUR LES MÉDIAS :

Heidi Cyr, communications, Bureau du défenseur des enfants et des jeunes, 506-453-5599, .

 

2

Derrière les portes closes

State of the Child Report 2018 FR

DEJ sur Facebook